Aller le contenu

Micro nouvelle: Choc thermique

 

Contexte d’écriture de ce texte:

Dans le cadre d’un concours de nouvelle brève de type « polar », voici ma participation: « Choc thermique ». Les contraintes étaient d’avoir un texte de moins de 3 000 caractères et d’inclure un cadavre et du ski (cadavre et ski…) dans le texte. Un excellent exercice de concision !

Si vous appréciez les textes courts, pourquoi ne pas allez lire les micros-nouvelles (d’anticipation) le maladroit ou la punition.

 

Choc thermique

Je vais crever de chaud ici !

Cette pensée fit pouffer Ryan. Comme si subir 50° entre sa limousine et l’hôtel Mariott de Dubaï pouvait lui faire du mal. À 30 ans, ce n’était pas la mort.
Tout le monde ne pouvait pas en dire autant, pensa-t-il, hilare. Ici, loin de la France, il se permettait d’afficher sa joie. Pendant les semaines qu’avait duré l’enquête, il lui avait fallu jouer l’époux dévasté après la découverte du cadavre de sa « jeune » et insatiable épouse. Ryan avait gardé pour lui ses pensées : Enfin froide ! Quelle idée de s’enfermer dans le sauna après avoir bu autant… et surtout à son âge ! Tout s’était déroulé selon son plan : le séjour en amoureux à Annecy, le champagne et le sauna – les deux péchés mignons de l’ancienne chanteuse–, le thermostat déficient, son absence qui l’avait innocenté. Ah, l’excès de vitesse flashé à des dizaines de kilomètres de là, un coup de maître. Qu’Allah bénisse les avocats !
Bien sûr il avait fallu supporter les accusations des enfants du premier mariage. Et leur pathétique recours à une agence de détectives privés. Mais Ryan avait récolté les fruits de ses efforts : le non-lieu et surtout l’héritage. Il détenait la moitié de la fortune à huit zéros de sa chère épouse.
Depuis, l’ancien danseur parcourait le monde de palace en hôtel cinq étoiles. Par goût du luxe, mais aussi pour brouiller les pistes. Ryan n’excluait pas que son ex belle-famille ait utilisé une partie de l’héritage pour retrouver sa trace et lui faire avoir, à lui aussi, un « accident ». Sauf pour les banquiers qui géraient sa fortune, il avait disparu de tous les radars. Enfin, de presque tous. La veille, une photo diffusée sur internet par un touriste, le montrait en arrière-plan dans une discothèque.
Douze heures plus tard, dans une discrète et très efficace officine parisienne, des robots virtuels avaient retrouvé sa trace. Peu après, un conseil de famille fixa, à mots couverts, le sort de Ryan. En trois jours, tout fut prêt.

Sur la piste de danse, les deux danseuses lascives se frottaient l’une à l’autre, juste devant un Ryan subjugué. Tout sourire, il invita les demoiselles à sa table. Le reste ne fut qu’une question d’argent. Une heure plus tard, le trio entrait dans sa suite. La porte à peine refermée, Ryan sentit deux pointes de métal contre son cou. La décharge le projeta au sol, conscient mais incapable de bouger. Le liquide alcoolisé qu’on le força à avaler avait un goût étrange. Très vite, son corps cessa de lui obéir. Bâillonné, il assista impuissant à son exfiltration de l’hôtel dans une malle.
Un peu plus tard, toujours enfermé, il sentit le coffre glisser dans un crissement. Sans ménagement il en fut extrait et jeté sur un sol glacé. Les yeux écarquillés, Ryan réalisa qu’il avait été transporté dans le complexe Ski-Dubaï, désert à cette heure tardive. Abandonné, il gisait nu sous un bruyant canon à neige. Après deux minutes, il ne sentait plus ses membres et disparaissait déjà sous la poudreuse.

Je vais crever de froid ici !

 

 

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *