Aller le contenu

Premiers essais d’entrelacs

illustration de Laurent B

Préambule

Dans cet article se trouvent mes premiers essais d’entrelacs. Il s’agit de tester et de pratiquer: la conception du graphe (le squelette), le dessin des contours, le croisement des flux, la colorisation, ainsi que le rendu de la profondeur et de la texture. L’objectif de cette étude est un travail plus global, lié comme d’habitude à un projet d’écriture. À suivre donc.

Si vous êtes attirés par les frises moins « géométriques », pourquoi ne pas aller jeter un coup d’oeil à l’article sur la frise florale qui se trouve à gauche de votre écran.

Détails techniques

Au commencement est le graphe, ce carroyage plus ou moins complet dont la forme générale augure de celle qu’aura l’entrelac. Ensuite, en cheminant dans cette grille, est tracé le dessin brut. Les vides dans le graphe servent à créer la diversité qui en fait l’originalité, ou donne le caractère que l’on souhaite obtenir (un visage, une lettre…). Ensuite les pourtours sont tracés, avec la possibilité de varier sur l’épaisseur du trait pour rendre une profondeur, un éclairage ou une texture. Après quoi il faut s’atteler au fastidieux travail du rendu des superpositions des brins (dessus/dessous/dessus…). Puis vient le temps de la colorisation, des ombrages et des éclaircissements. Cela s’applique aux croisements mais aussi aux zones opposées à l’éclairage si l’on souhaite donner une illusion de relief. Enfin, un travail de rendu de texture peut être appliqué.

Ceux qui veulent pousser plus loin la théorie des entrelacs trouveront des réponses à leurs questions ici.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.