Aller le contenu

Liste des rues mal famées à Tahala

Présentation des rues mal famées

Connaître les rues de Tahala quartier par quartier c’est bien. Mais quand on recherche les individus les mieux renseignés pour gagner de l’argent facilement sur l’île, il vaut mieux savoir où s’adresser. C’est pourquoi vous trouverez ci-dessous la liste des rues mal famées à Tahala… à vos risques et périls.

Dans les quartiers les plus populaires de l’île, certaines ruelles accueillent une plus grande proportion d’étrangers qu’ailleurs. Bien sûr on y trouve aussi des îliens, ne serait-ce que pour leur louer une ou plusieurs pièces de leur logement.

illustration de Guillaume Tavernier

Cette population continentale, dont il se dit qu’une grande partie est venue ici pour se faire oublier, sert de réservoir de main d’œuvre aux employeurs les plus avares et les moins regardants de l’île. Mais certains nouveaux arrivants, dotés des savoir-faire, en marge de la loi mais fort rares, réussissent à vendre à prix d’or leurs talents .

Que vous soyez de passage, établi sur l’île pour des mois… ou Maître de Jeu, voici donc une liste des rues qu’il faut éviter ou fréquenter suivant ce que l’on recherche. Et comme la vie est bien faite, il y en a douze. Pile ! Comme sur un dé à douze faces.

Si vos aventuriers décident de s’aventurer dans les quartiers de Tahala et découvrir les noms que portent les voies, c’est ici. Et si vous êtes à la recherche de noms de rues « génériques » sans relation avec un quartier particulier, voici une liste des rues ordinaires de la cité des aigles.

Liste de noms de rues mal famées

 Petit rappel : À Tahala, on distingue trois largeurs différentes de rues avec trois noms différents :

  • pour les artères les plus larges, on parle de « chaussée »
  • pour les rues de largeur moyenne (qui seraient considérées comme étroites sur le continent), on parle de  « venelle »
  • pour les rues les plus étroites, on parle de « passe »

Toutes les rues comportant des marches, quelle que soit leur largeur, sont nommées « Pentes ».

Mais pour les voies qui abritent la population interlope évoquées ici, les termes « passe » et « venelle » suffisent.

venelle/passe

aux journaliers

du mal parlé

des lointains rivages

aux déprometteurs

du dameret

sac et corde

des drilleux

aux disetteux

en bringues

tout sourire

outre-bleu

du vieux fanandel

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.